Insémination articifielle, Fiv, ICSI ou dons de gamètes… autant de techniques qui peuvent vous aider à avoir un bébé. Comment marche l’assistance médicale à la procréation (AMP) ? Quels sont les risques, les chances de réussite ?

  • S’il y a fécondation et que l’œuf se divise correctement, il est transféré dans l’utérus environ 48 heures plus tard, au stade de deux à quatre cellules (ou un peu plus tard). Le transfert est indolore et se réalise sans anesthésie. Deux semaines plus tard, on pratique un test de grossesse pour savoir si l’embryon s’est bien implanté dans l’utérus.
  • Bon à savoir. Plusieurs embryons peuvent être transférés en même temps. Ceux qui « restent » sont congelés, en vue d’une éventuelle tentative de Fiv ultérieure.

L’injection intracytoplasmique d’un spermatozoïde (ICSI)

  • C’est quoi ? L’ICSI consiste à injecter un sul spermatozoïde directement dans l’ovocyte en traversant la membrane pellucide.
  • Dans quels cas ? Cette technique permet de prendre en charge des stérilités masculines, quand le nombre de spermatozoïdes et leur mobilité ne permettent pas de faire une Fiv. Elle est aussi indiquée en cas d’échec inexpliqué de la féconadtion.
  • Comment ça se passe ? Au lieu de déposer, comme dans une Fiv classique, 100 000 spermatozoïdes autour de chaque ovocyte et de « laisser faire », on injecte un seul spermatozoïde directement dans l’ovocyte avec une petite pipette.

Les dons de gamètes

  • Dans quels cas ? Un homme ne fabriquant pas de spermatozoïdes, une femme ne produisant pas d’ovocytes, un couple risquant de transmettre une maladie génétique grave peuvent bénéficier de dons de gamètes (c’est-à-dire d’un don à la fois de sperme et d’ovocyte).
  • Comment ça se passe ? Le déroulement de la Fiv ou de l’ICSI sera ensuite tout à fait classique. Jamais les parents ne sauront de qui proviennent les gamètes utilisés, ces dons étant anonymes et gratuits.

source: www.enfant.com

Laisser un commentaire